Critique – Zulu

affiche-film-zulu

Date de Sortie: 4 Décembre

Durée: 1 Heure 50 minutes

Réalisé par: Jérôme Salle

Casting: Orlando Bloom, Forest Whitaker, Conrad Kemp

Genre: Policier

Histoire

Interdit aux moins de 12 ans avec avertissement

Dans une Afrique du Sud encore hantée par l’apartheid, deux policiers, un noir, un blanc, pourchassent le meurtrier sauvage d’une jeune adolescente. Des Townships de Capetown aux luxueuses villas du bord de mer, cette enquête va bouleverser la vie des deux hommes et les contraindre à affronter leurs démons intérieurs.

Zulu-orlando-bloom-forest-whitaker

Le 4 Décembre dernier est sorti sur nos écrans la dernière réalisation du français Jérôme Salle, Zulu. Pour rappel, Zulu a été le film de clôture du 66e Festival de Cannes. Chose que je ne savais pas en allant découvrir ce film, c’est que c’est un film français. D’habitude ce genre de cinéma est associé dans mon esprit avec des films ratés comme les trop nombreux films sur Astérix et Obélix ou encore les films de Dany Boon. Désolé pour les fans de ce dernier. Mais heureusement pour ce film, il n’est pas comparable à ceux cités un peu plus haut.

Tout d’abord ce qui frappe dans la réalisation de Jérôme Salle, c’est le casting qu’il a réussi à réunir. En effet on peut retrouver le très charismatique Forest Whitaker et l’excellent Orlando Bloom qui nous livre un rôle et une interprétation bien loin de ses rôles de Legolas  (Le Hobbit, Seigneur des anneaux) ou encore de Will Turner (Pirates des Caraïbes). Ici dans Zulu, nous sommes plongé au cœur de la nation arc en ciel, l’Afrique du Sud, et de tous ses problèmes comme la violence, la drogue, les ghettos et le sentiments d’insécurité ambiant.

Si une nouvelle fois cette année nous avons à faire à un film policier/thriller, ce qui marquera le spectateur et ce qui fera, ou non, détaché un film des autres, c’est sa réalisation et sa mise en scène. Dans Zulu, l’intrigue monte progressivement malgré les trop nombreuses scènes de dialogues. Si les scènes d’actions sont bien menées on regrettera cependant qu’elles sont que trop peu nombreuses. Cela n’en fait pas un mauvais film mais des films comme Prisoners ou Savages avaient été plus loin dans la violence et les rapports de force.

Pour résumer, Zulu est un bon film avec un casting qui fait que l’on se déplace au cinéma. L’histoire quand à elle n’a pas grande chose en plus des autres films du genre. Dommage.

starstarblank_starblank_starblank_star Un thriller avec un casting qui répond présent au détriment de l’originalité

L’info en +: Randal Majiet, qui incarne ici Cat, est un ancien membre de gang. Jérôme Salle revient sur cette rencontre : « La journée, il tournait face à Forest Whitaker et le soir il rentrait, toujours accompagné d’un responsable, à son centre de réhabilitation. Je l’ai revu récemment. Il est sorti du centre. Il va bien. Il travaille. Il a un agent et il est bien décidé à continuer dans cette voie. Ce travail d’acteur lui a permis de donner une nouvelle direction à sa vie. »

L’info en plus est issue du site Allo Ciné
Publicités

2 réflexions sur “Critique – Zulu

  1. Pingback: Top et Flop 2013 | Enjoy The World

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s